logo

Proin gravida nibh vel velit auctor aliquet. Aenean sollic itudin, lorem quis bibendum auctornisi elit consequat ipsum, nec nibh id elit. Lorem ipsum dolor.

Latest Posts
  • No products in the cart.
  • No products in the cart.
Top
Image Alt

Parc National De Kahuzi-Biega (Pnkb)

Patrimoine mondial depuis 1980, le Parc National de Kahuzi-Biega est situé à trente-sept kilomètres à l’ouest de la ville de Bukavu à proximité de la frontière du Rwanda et du Burundi. Il s’étend sur les provinces du Sud-Kivu, Nord-Kivu et du Maniema. Le parc est composé d’un petit secteur sur la côte orientale couvrant une partie des montagnes de Mitumba, et d’un secteur plus important à l’ouest du bassin du Congo central, les deux zones étant reliées entre elles par un étroit couloir forestier.

Couvrant environ 6 000 km², ce parc offre une biodiversité remarquable de flore et de faune, favorisée par divers écosystèmes répartis sur différents étages d’altitude. Des forêts tropicales et marécageuses primaires avec d’abondantes réserves de bambous se succèdent jusqu’aux deux volcans éteints qui donnent leur nom au parc et dominent sa partie de haute altitude : le Mont Kahuzi (3 308 mètres) et le Mont Biega (2 790 mètres).

Avec une diversité biologique exceptionnelle constituée de nombreuses espèces endémiques, rares et menacées d’extinction, le PNKB est l’un des cinq sites du patrimoine mondial en RDC (considéré comme site en péril depuis 1997) et l’un des huit parcs nationaux que compte le pays. Au total, le parc abrite 136 espèces de mammifères ; 335 espèces d’oiseaux ; 69 espèces de reptiles ; 44 espèces d’amphibiens et plusieurs centaines d’espèces de plantes dont 145 sont endémiques au niveau du Rift Albertin.

Observation des gorilles de plaine.

Le Kahuzi-Biega est surtout mondialement connu et prisé pour le gorille de Grauer (Gorilla beringei graueri), aussi appelé gorille de plaines (pour le distinguer du gorille de montagne que l’on trouve dans le parc des Virunga ainsi qu’au Rwanda et en Ouganda). C’est le plus grand de toutes les espèces de primates et on ne le trouve qu’à l’est de la RDC, essentiellement dans le PNKB. Le parc abrite plusieurs groupes de cette sous-espèce unique de gorilles, dont la survie a été grandement menacée lors de la guerre au Kivu.

Une visite à ces hôtes remarquables commence par une marche d’une à deux heures dans la forêt (groupes de huit personnes maximum) avec des guides expérimentés qui vous amèneront à l’emplacement où aura été localisée l’une des rares familles habituée à la présence humaine, celle du mâle silverback (dos argenté) Chimanuka. L’autre option, c’est de suivre le mâle solitaire Mugaruka.

Pendant l’heure consacrée à la visite, on les observe, à une distance imposée de sept mètres, vaquer à leurs occupations de la vie quotidienne : se nourrir, jouer, se reposer… C’est sans conteste très impressionnant et magique comme moment. En plus de permettre la visite du parc et de contempler sa végétation exceptionnelle par la marche d’approche jusqu’aux gorilles.

L’ICCN développe le tourisme et les autres attraits du parc, parallèlement à l’observation des gorilles. En favorisant la randonnée, le camping, l’ascension des Monts Kahuzi et Biega, visites de chutes… Mais également via le projet de réhabilitation des primates de Lwiro, consacré aux chimpanzés, dont le Centre est localisé à la lisière du parc.

⇒circuit de sentiers pédestres de vingt-un kilomètres (sous-circuits modulables) au départ de la station de Tshivanga, qui permet de découvrir l’écosystème unique du parc. Un autre circuit 4×4 de dix-huit kilomètres est également aménagé, et permet de se rendre sur le site de MbayuMugaba pour l’observation des oiseaux.

⇒ascension du volcan Mont Kahuzi (3 308 mètres), qui prend quatre heures à partir de la station de Tshivanga. Trois heures sont nécessaires pour redescendre à la station, où il est possible de loger (campement de Bugulumiza).

⇒un package de plusieurs jours permet par ailleurs de combiner le suivant :

J1 : visite des gorilles le matin, randonnée l’après-midi (pédestre ou 4×4 // observation ornithologique)

J2 : ascension du Mont Kahuzi

J3 : chutes de Tshibati et eaux thermales de Madhiriri (geyser) + visite aux chimpanzés de Lwiro

Un autre volet social concerne les populations pygmées vivant aux alentours du parc, qui vise à améliorer leurs conditions de vie (scolarisation…) et à les impliquer dans le projet de conservation du parc. L’ICCN a en effet mis sur pied depuis 1985 au PNKB un projet pilote de conservation intégrée au développement, qui prend en compte dans le plan de gestion du parc les intérêts des populations riveraines afin d’assurer la durabilité du parc.

L’expérience est réussie et le modèle de « stratégie de conservation communautaire » initié au PNKB devrait s’appliquer sous peu dans toutes les aires protégées sous la gestion de l’ICCN au Congo. En plus de permettre de compléter l’offre touristique du parc par l’organisation de visites et découverte de ces populations et de leurs rites et folklores (rituel du mouton (1x par an en août), danses, vie quotidienne…).

L’objectif global étant d’augmenter le tourisme et la visibilité du site. Ce qui passe également par la construction d’infrastructures d’accueil (en cours), les précédents lodges ayant été détruits pendant la guerre… A très court terme, il sera donc possible de camper sur le site de Bugulumiza, à trois kilomètres de la station. Cet espace comprend des paillotes destinées à l’accueil des visiteurs et à la restauration, avec vue sur le lac. Il sera également possible de camper au pied des volcans.

Un blog très complet comprend toutes les informations sur le parc et les modalités pratiques, géré par la dynamique équipe en place et le chef de site. Leur mission est de protéger et développer l’énorme potentiel du Parc National de Kahuzi-Biega, en tant que formidable moteur et catalyseur pour la reprise du tourisme au Sud-Kivu.

Le PNKB est facilement accessible depuis Bukavu via une bonne route (compter quarante minutes) en voiture.

L’entrée du parc est à Tshivanga, sur la côte orientale. Suivez la route de l’aéroport de Kavumu, à Miti tournez à gauche et continuez tout droit jusqu’au centre d’accueil de Tshivanga.

Pensez à vous munir d’une veste imperméable, d’un haut à longues manches et pantalon, ainsi que de bonnes chaussures de marche (attention aux fourmis !). Voir les gorilles, ça se mérite…

Et surtout n’oubliez pas le pourboire pour les guides (rangers) : ce sont eux qui défendent les beautés convoitées du parc, parfois au péril de leur vie, et pour un salaire souvent insuffisant.

You don't have permission to register